« Corporate Diamonds » sont des diamants constituant un volet important d'un schéma de business incentive original.Aujourd'hui, nous sommes capable d'utiliser des diamants de plusieurs manières dans le cadre d'un business incentive.

 

sur Rob van Beurden
Bienvenue à Corporate Diamonds



Mon nom est Rob van Beurden, j’ai fondé la Antwerp Diamond House (la maison du diamant en Anvers) en 1987 et je me suis affilié à la Bourse du diamant.
« Corporate Diamonds » sont des diamants constituant un volet important d'un schéma de business incentive original.
Depuis 1987, l'année de fondation de Diamond House, beaucoup d'entreprises nous ont demandé d'ajouter une touche d'originalité á leurs programmes annuels d'incentives. Après un certain temps, nous avons développé un concept réalisable. Aujourd'hui, nous sommes capable d'utiliser des diamants de plusieurs manières dans le cadre d'un business incentive.

La meilleure façon d’acheter un diamant est de suivre la règle des 4 C (color (couleur), cut (taille), clarity (clarté), carat (poids)) et d’en apprendre le plus possible au sujet de la pierre que l’on souhaite acquérir.
L’ instinct est souvent utile dans cette matière, et celui-ci provient de la connaissance.
Rob van Beurden de Diamond House en Anvers
INTERVIEW de Rob Van Beurden.
Comment décrivez-vous le service que vous proposez ?
En fait, je suis courtier en diamant, au service des professionnels et des amateurs de belles pierres.
Avez-vous hérité cette activité de vos parents, ou comment êtes-vous entré dans la branche?
C’est en habitant à Anvers que je me suis fait de nombreux amis dans l’industrie diamantaire. Ce microcosme, qui n’est pas souvent tangible, m’a tout de suite passionné et le monde du diamant exige plus qu’un simple intérêt commercial : il faut de la passion
Oui, mais si tous les passionnés de belles pierres devenaient des commerçants, il y aurait beaucoup de monde sur la place ...!
Vous savez, ce n’est pas aussi simple. Cette passion est fort exigeante et il faut la vivre intensément.
Chaque diamant est un produit de la nature et est donc unique.
L’évaluation de la qualité de la pierre nécessite autant de feeling que de connaissances et cela ne s’acquiert que par un contact journalier avec cette matière.
Ainsi, vous êtes né avec le virus!?
Non, cela m’est venu bien plus tard.
Je viens de Hollande et pendant mes études à Anvers j’ai appris à connaître ce monde bien à part. Anvers est en effet la capitale mondiale du diamant. Elle représente 60 % du marché mondial qui est partagé entre la communauté Juive (40%) et les Indiens(40%). Cette activité était un jour centrée à Amsterdam et est descendue vers Anvers vers 1935.
Beaucoup de pays ont évidemment tenté d’attirer à eux un marché de cette importance, la Suisse, Monaco, l’Allemagne et Israël, mais il est resté à Anvers.
Anvers, c’est la seule ville au monde à compter trois écoles diamantaires où les générations futures de tailleurs et de cliveurs apprennent leur art ; et ceci ne fait que renforcer la réputation mondiale de la capitale artistique du diamant.
La 'réputation' semble être très importante dans ce marché?
En effet, ce monde est très fermé et conservateur, tout y est basé sur la confiance mutuelle des membre de la Bourse. Et il en va de même pour les clients.
J’aime à dire «  achetez chez qui vous connaissez », la symbiose entre le vendeur et l’acheteur est indispensable.
Je vais vous en donner un bon exemple : en mars 1999 j’ai donné une conférence à la Chambre Britannique de Commerce à Bruxelles. A peine rentré à Anvers j’ai reçu un E-mail d’un des participants qui me commandait une pierre de qualité et de taille importantes malgré que l’on ne s’était jamais vus auparavant.
Mon exposé avait suscité en lui la confiance nécessaire et suffisante.
Que recommanderiez-vous à ceux qui n’ont pas ces entrées dans ce monde ?
Je leur dirais : « appelez-moi ». Je serais heureux de venir leur expliquer ce que je sais du diamant.
Pour les plus timides et ceux qui doivent être rassurés, il n’existe que deux laboratoires au monde qui jouissent d’une confiance aveugle : le HRD (Conseil Supérieur du diamant) à Anvers, et le GIA (Gemmological Institute of America). Ils peuvent certifier la qualité des diamants polis.
Tous les diamants n’ont pas un tel certificat. Les professionnels en connaissent assez pour ne pas l’exiger.
Mais si vous achetez un diamant et que vous souhaitez une garantie complémentaire, un tel certificat peut-être obtenu contre environ 150 USD par carat.
Quant aux professionnels, vous pouvez contrôler leur affiliation à la Bourse du diamant, celle-ci vaut pour preuve de leur connaissance en la matière.
Il n’y a que 1.500 membres dans le monde et je suis fier d’y appartenir. Cela m’a pris plus de sept années, au cours desquelles ma réputation, mes connaissances techniques et ma crédibilité ont été profondément contrôlées.
Vous venez de faire allusion à une conférence à la Chambre de Commerce. Donnez-vous souvent de telles conférences?
Oui, car établir la confiance est ce qu’il y a de plus important, et c’est par la formation et l’information au sujet de ce marché que j’estime servir au mieux mes clients potentiels.
C’est aussi la raison d’être de ce website, et j’encourage tous ceux qui veulent en savoir plus de prendre contact avec moi au e-mail.
Top


Unlike other incentive promotions, diamond incentives ARE FOREVER

in EnglishDeutschNederlands
EN    DE    NL